Mercredi 29 septembre 2021, les députés ont adopté, en deuxième lecture, la proposition de loi du Groupe LaREM créant la fonction de directrice et directeur d’école. Fruit d’un travail basé sur de larges consultations des acteurs de terrain, ce texte porte une reconnaissance majeure pour le milieu scolaire.

Les directeurs d’école ont joué un rôle essentiel ces derniers mois pour assurer la continuité pédagogique : dans un climat sanitaire particulier, ils ont redoublé d’efforts pour maintenir au maximum les écoles ouvertes. Et pourtant, dans 85% des écoles, ce sont des enseignants comme les autres qui assurent des responsabilités de direction en plus de leur charge d’enseignement et sans moyens supplémentaires pour le faire.

Dans ce contexte, cette proposition de loi, à l’initiative de Cécile RILHAC et portée par le Groupe LaREM, vient revaloriser leur métier à travers la création de la fonction de directeur.

« En adoptant cette proposition de loi, nous reconnaissons la fonction de directrice et directeur d’école comme pleine et entière. Nous confirmons notre volonté de faire de l’école primaire la priorité des priorités de notre système éducatif. Le Groupe LaREM reste pleinement mobilisé pour donner vie à ses textes qui apportent des solutions concrètes aux Français », a déclaré Christophe CASTANER, Président du Groupe LaREM.

« Ce texte apporte des réponses à la question de la reconnaissance des missions et responsabilités des directrices et des directeurs d’école. Avec ce vote, nous confirmons la priorité souhaitée par le Président de la République donnée à l’école primaire. Il s’inscrit dans une politique volontariste que nous portons depuis le début de notre mandature », a déclaré Cécile RILHAC, rapporteure du texte. La place des directeurs d’école dans nos politiques éducatives est centrale. Collectivement, nous avons souhaité reconnaître leur fonction et en améliorer les conditions d’exercice :

➡️ nous renforçons leur pouvoir d’initiative et de décision, en leur confiant une autorité fonctionnelle dans le cadre de leurs missions, sans remise en cause du lien hiérarchique ;

➡️ nous permettons une meilleure articulation de leurs missions, en prévoyant que les décharges d’enseignement sont déterminées en fonction du nombre de classes et des spécificités de l’école ;

➡️ nous simplifions leurs tâches, en les déchargeant des activités pédagogiques complémentaires, en allégeant les tâches d’organisation des élections des représentants de parents d’élèves grâce au vote électronique et en confiant aux autorités académiques l’élaboration des plans pour parer aux risques majeurs liés à la sûreté des élèves et des personnels ;

➡️ nous les soutenons au quotidien, en créant des référents de direction auprès des académies ;

➡️ nous leur conférons un cadre juridique essentiel, en explicitant les conditions de leur nomination, de leur formation et de l’exercice de leur fonction et en les revalorisant grâce à une indemnité spécifique et à un processus d’avancement de carrière accéléré.

« Je me réjouis du vote de ce texte. Les directeurs d’école sont essentiels dans le fonctionnement de notre école républicaine. Nous reconnaissons leur rôle à part entière, leurs spécificités et leur garantissons davantage d’autonomie dans l’exercice de leurs missions », a déclaré Sylvie CHARRIERE, responsable du texte. C’est un texte fait par et pour les directeurs d’école. Il viendra renforcer les nombreuses avancées que nous portons depuis 2017 en faveur de l’école primaire.